En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

3 questions à Marie-Jo Zimmermann, candidate #4 sur la liste des Amoureux de la France

3 questions à Marie-Jo Zimmermann, candidate #4 sur la liste des Amoureux de la France

Le 29 mars 2019

Mme Zimmermann, pour quelle raison rejoignez-vous la liste de Nicolas Dupont-Aignan ?

Tout comme lui, j’ai adhéré par conviction au RPR et j’ai toujours soutenu la ligne de Philippe Séguin et Charles Pasqua. C’est-à-dire la défense d’une Europe des Nations garantissant à la fois la souveraineté des états membres et une coopération constructive entre eux. Tout le contraire d’une Europe fédéraliste qui veut forcer les pays membres à se courber devant la pensée unique.

Malheureusement depuis la création de l’UMP et pire encore de LR, il y a une dérive idéologique où chacun dit tout et son contraire.

Ainsi, le programme LR pour les prochaines élections prévoit le refus de tout élargissement de l’UE et le verrouillage des flux migratoires. Or les députés européens LR viennent en quasi-totalité de voter tous les crédits pour préparer l’adhésion entres autre de la Turquie, de l’Albanie et du Kosovo. Ils ont également voté les orientations préparatoires au Pacte de Marrakech en faveur de l’immigration. Trop c’est trop.

Pendant vos 20 années de travail parlementaire, quelles ont été vos actions les plus emblématiques ?

Que ce soit en tant que présidente de la Délégation parlementaire aux droits des femmes ou que rapporteure à l’Observatoire de la parité, j’ai œuvré avec constance pour la place des femmes dans la société. Pour la parité en politique, certaines mesures ont d’ailleurs été directement proposées par moi. Toutefois, ce qui concerne la place des femmes dans le domaine économique et social est encore plus important.

Ma réussite la plus emblématique est le vote de la loi dite Copé-Zimmermann qui sert maintenant de référence dans de nombreux pays étrangers et qui enclenche une véritable égalité des sexes pour l’évolution des carrières professionnelles dans les entreprises.

Pourtant, certaines personnes vous ont accusée d’avoir porté un voile dans une mosquée à Metz, n’est-ce pas contraire à vos convictions sur les femmes ?

Je suis très choquée par cette manipulation et je comprends que des personnes de bonne foi s’interrogent devant la présentation de cette photo. Je n’ai évidemment jamais eu la moindre indulgence envers les communautarismes de tous ordres et en particulier de l’islamisme qui méprise les femmes. A ce titre, j’ai soutenu à 100% la loi contre le voile à l’école et l’interdiction du voile intégral dans l’espace public. Je suis également hostile aux menus communautaristes dans les cantines scolaires et au port du voile sur les lieux de travail.

Dans les pays islamiques, les femmes vivent un enfer. C’est aussi de plus en plus le cas dans certains quartiers en France où nos libertés fondamentales ne sont plus respectées.

Hélas, un adversaire sans foi ni loi m’a tendu un piège politique. En pleine campagne municipale à Metz, j’avais reçu une invitation pour aller dialoguer sur ma vision des religions dans une mosquée. A l’entrée, on m’a donné ce voile que j’ai mis, comme le voile que je peux mettre comme catholique pratiquante en certaines occasions, par exemple en étant reçue au Vatican ou comme le couvre-chef que les hommes mettent à l’entrée d’une synagogue.

Pour le reste, j’ai toujours défendu l’application de nos lois à toutes les religions, sans favoritisme ni discrimination. Néanmoins, il est évident que le voile islamique, en particulier quand il est porté par prosélytisme, est incompatible avec les valeurs de la France.